Livre : balade au bout de «ma passion perdue » de Line Kamite
Livre : balade au bout de «ma passion perdue » de Line Kamite

Livre : balade au bout de «ma passion perdue » de Line Kamite

Spread the love

 Les mordu.e.s du livre vont avoir un bon morceau à dévorer sous la main dès ce 2 février 2022. L’écrivaine camerounaise Line Kamite met sur le marché son tout premier roman intitulé « ma passion perdue ». Ce roman camerounais aux allures de biopic est une claque pour la scène littéraire au pays de Paul Biya. Ce livre se place comme l’un des meilleurs dans son genre pour ce début d’année.

Ce serait sans nul doute jouer avec les mots en disant que la lecture du premier roman de Line Kamite est une bouffée d’air pour retrouver les passions qui s’égarent. Dans un style très épuré, une narration toute naturelle au bout de 160 pages, l’auteure nous fait découvrir son histoire particulière. Le bouquin qui parait aux éditions Proximité au Cameroun est un régal. Sans nul doute l’un des livres a classé au-dessus de la pile des tops achats pour cette rentrée livresque.

« Ma passion perdue » est la quête de sa propre identité au détriment du bonheur tel que dicté par les autres. Dans un monde où elle est appelée à suivre les voies tracées par ses parents, Binta ou Luna, la pièce maitresse de l’œuvre décide de suivre sa propre voie. Quitte à se confronter à la dure réalité que la jeunesse de 18 ans ne peut prévoir, c’est une fonceuse. En douze chapitres, Line Kamite ne vend pas le rêve ; elle fait vivre cette passion qu’elle dit avoir perdue, elle révèle ce goût caché pour la meilleure aventure : celle vécue par soi-même.

Une autobiographie voilée ou une fiction trop réelle ?

Bien malin qui pourrait donner la réponse à cette question. Le roman est en réalité le fil de vie de beaucoup de jeunes (et moins jeunes) qui dans leur cursus se reconnaitront. Combien de fois on a été “contraint” de prendre des orientations scolaires ou même professionnelles juste pour faire plaisir ? C’est en fait une partie du tourment de la jeune Binta, la courageuse héroïne, qui au gré des bourrasques paternelles va se détourner de son amour de toujours : la littérature. L’histoire narrée par Line dévoile un pan de ce qu’elle-même est : une scientifique folle amoureuse des lettres.

L’auteure présentant son livre

Au moment où le personnage Binta lit pour vivre, l’auteure Line écrit pour se sentir libre, pour vivre. Ce qui était pour certains un blocage, une prison ; est devenu en fin de compte l’exutoire de deux jeunes femmes qui se confondent dans la réalité et dans l’imaginaire. Une situation bien connue de tous et qui va amuser, édifier et émouvoir au fil des chapitres. Une construction précise de l’histoire qui invite résolument à la découverte.

Ma passion perdue : coup d’essai, coup de maitre ?

Ce roman camerounais aux allures de biopic est une claque pour la scène littéraire au pays de Paul Biya. Ce livre se place comme l’un des meilleurs dans son genre pour ce début d’année. Tout en flirtant sur les problèmes qui sont factuels, il permet de se délecter d’un avant-goût des prochaines productions du genre. Dire tout de suite que c’est une réussite ce n’est pas trop s’avancer non plus. On connait tous la complexité de la production littéraire et les soucis de la chaine du livre au pays des lions indomptables. A la première lecture, on a envie de dire à Line Kamite que notre passion pour les mots n’est pas arrivée à son échéance.  “exceller et innover dans son domaine, c’est participer à sa manière au développement de son pays”. Cette phrase qui tonne très fort dans le livre rejoint une autre évoquée plus bas et attribuée à Hegel : “Rien de grand ne s’est accompli dans ce monde sans passion”. Comme quoi, la passion que l’auteure aura réveillée en beaucoup de lecteur.trice qui se reconnaitront dans son texte se doit de continuer. Dans ce sens, on peut voir en ce coup d’essai un coup de maitre à venir.

Signalons à toutes fins utiles que le livre « Ma passion perdue » qui sort ce 2 février est disponible aux éditions Proximité et dans plusieurs autres lieux de vente au prix de cinq mille F Cfa. La dédicace quant à elle ne devrait pas tarder à s’en suivre.

Christian-Williams Kakoua

         
  

7 commentaires

  1. Ping :Culture : Focus sur le livre « Derrière le sourire du masque » - WebTrotter

  2. Ping :Livre : une Inspection de trop dans le monde de Giraud Mbarga - WebTrotter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.