Discours intégral du chef de l’Etat camerounais, S.E Paul Biya à la Nation du 31 décembre 2021
Discours intégral du chef de l’Etat camerounais, S.E Paul Biya à la Nation du 31 décembre 2021

Discours intégral du chef de l’Etat camerounais, S.E Paul Biya à la Nation du 31 décembre 2021

Spread the love

Camerounaises, Camerounais,
Mes chers compatriotes,
Cette année encore, la pandémie du corona virus aura été,
partout dans le monde, l’un des principaux sujets de
préoccupation.
Les efforts considérables qui ont été jusqu’à présent
accomplis par la communauté scientifique et les Etats, n’ont pas
encore permis d’enrayer cette maladie.
Au fil du temps, l’on observe que ce virus a tendance à
s’adapter à notre environnement. L’apparition de nouveaux
variants en est la preuve, ce qui rend la maîtrise de cette pandémie
particulièrement difficile.
Elle continue malheureusement d’endeuiller des familles, de
déréguler la vie sociale et de créer des distorsions économiques.
Devons-nous pour autant perdre espoir et nous résigner au
pessimisme. A l’évidence NON.
L’histoire nous apprend que cette épidémie n’est pas la
première. Elle est sans doute loin d’être la dernière, à laquelle
l’humanité sera confrontée.
Je suis du reste persuadé que nous arriverons à bout du
corona virus, de la même manière que les épidémies qui l’ont
précédées ont été jugulées.

Pour ma part, je ne ménagerai aucun effort pour que ce qui
doit être fait pour freiner sa propagation dans notre pays, le soit
effectivement.
La stratégie de riposte que le Gouvernement met en œuvre
produit des résultats fort appréciables. Depuis deux ans, elle a
permis de sauver des vies et de limiter l’expansion du COVID-19
dans notre pays.
Elle doit donc se poursuivre et au besoin s’améliorer, afin de
mieux s’adapter aux mutations de ce virus pernicieux.
Il est par conséquent impératif de ne pas baisser la garde et
de continuer à respecter les règles d’hygiène et les mesures
barrières, telles que le port du masque dans tous les lieux publics
ou la distanciation physique.
Mais au regard de la nocivité de ce virus, la vaccination
constitue sans doute une mesure barrière supplémentaire.
Dans bien des cas, un schéma complet de vaccination permet
d’éviter des complications graves de cette maladie, qui sont
généralement fatales.
C’est la raison pour laquelle je demande à tous et à chacun
de se faire vacciner, et de ne pas prêter le flanc aux conjectures
complotistes qui foisonnent sur les réseaux sociaux, concernant le
vaccin contre le corona virus.
En effet, en combinant le respect des mesures barrières à la
vaccination, nous parviendrons à briser la chaine de contamination
de ce virus, et à retrouver plus rapidement une vie normale.
Mes chers compatriotes,
La persistance de la crise sanitaire liée à la pandémie du
COVID-19 ne nous a pas fait perdre de vue le cap que nous nous
sommes fixés, dans le cadre de notre Stratégie Nationale de
Développement sur la période 2020-2030.

En dépit de ses répercussions négatives sur le tissu
économique, nous avons inlassablement poursuivi la réalisation de
nos projets structurants, grâce à une mobilisation soutenue des
recettes non pétrolières, aux mesures internes de redressement
budgétaire et à l’accompagnement de nos partenaires au
développement.
Les réformes mises en œuvre en matière budgétaire,
notamment dans les domaines fiscal et douanier, ont accru notre
capacité à lever des fonds sur le marché financier international.
La crédibilité de la signature du Cameroun a de ce fait favorisé
la réussite de l’opération de refinancement de l’Eurobond, ainsi que
la conclusion d’un nouveau Programme Economique et Financier
avec le Fonds Monétaire International.
A la faveur des ressources financières mobilisées aux plans
interne et externe, des investissements considérables ont été
effectués en vue de l’achèvement des projets structurants de
première génération.
Dans ce chapitre, il convient de mentionner entre autres :

  • l’achèvement de la première phase des autoroutes
    Yaoundé-Nsimalen ; Yaoundé-Douala et Kribi-Lolabe ; leur
    mise en exploitation est effective, dans le cadre des
    partenariats public-privé conclus ;
  • la construction de 914 kilomètres de routes bitumées ;
  • l’élargissement de la carte sanitaire avec l’inauguration des
    Centres Hospitaliers de Référence d’Ebolowa et de
    Bafoussam, ainsi que l’achèvement de celui de Garoua ;
  • l’exécution des projets visant notre autosuffisance
    énergétique, à travers la poursuite des travaux de
    construction du barrage de Nachtigal et le parachèvement
    de la ligne de transport de l’énergie électrique du barrage
    de Memve’elé.
    Les diligences sont en cours, dans la perspective de
    l’interconnexion des réseaux électriques Nord et Sud. L’exécution
    de ce projet permettra de résorber durablement le déficit
    énergétique dans les régions septentrionales de notre pays.

    Parallèlement, dans un environnement macro-économique
    fortement perturbé par la pandémie du COVID-19, il a fallu
    continuer à garantir la compétitivité du secteur privé.
    Il n’échappe à personne que cette pandémie a entrainé un
    renchérissement du fret maritime, avec pour incidence immédiate,
    une inflation du coût des produits de première nécessité.
    C’est donc conscient des sacrifices considérables que les
    opérateurs économiques nationaux ont consenti pour atténuer les
    effets de la pandémie, que j’ai instruit le Gouvernement de réduire
    de 80%, le montant du fret maritime à intégrer dans le calcul des
    droits de douane.
    Le Gouvernement devra également poursuivre les échanges
    avec le secteur privé, à l’effet d’identifier les mesures
    supplémentaires susceptibles d’être mises en œuvre.
    Au demeurant, nous devons nous atteler à réduire nos
    importations et à accroître le volume de nos exportations en
    augmentant la production locale, si nous voulons relever le défi de
    la croissance.
    En tout état de cause, il nous appartient de créer les
    conditions d’une croissance plus forte, durable, inclusive et
    génératrice d’emplois, notamment pour notre jeunesse. Celle-ci est
    et demeure la principale bénéficiaire des réformes que nous
    mettons en œuvre dans différents domaines.
    Les mesures que nous avons prises nous permettent
    d’envisager avec optimisme une relance économique et un
    relèvement de notre taux de croissance à 4,2% en 2022, contre
    3,6% en 2021. Cette projection optimiste s’inscrit dans la
    perspective d’un retour à une croissance mondiale positive,
    annoncée par les instances internationales habilitées à le faire.
    Notre pays dispose de moyens pour en tirer avantage.

    Mes chers compatriotes,
    En dépit des difficultés auxquelles notre pays fait face, nous
    n’avons pas cessé de susciter considération à l’échelle
    internationale.
    La confiance dont jouit le Cameroun auprès de nos
    partenaires est le fruit des efforts que nous déployons chaque jour,
    pour que le Cameroun demeure le havre de paix et de stabilité qu’il
    a toujours été.
    Pour cela, nous avons amplifié nos efforts pour que règnent
    la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national.
    Les incursions sporadiques de Boko Haram enregistrées ces
    derniers mois dans la région de l’Extrême Nord, se sont heurtées
    à la résistance énergique de nos forces de défense. Je voudrais une
    fois de plus leur rendre un hommage mérité pour leur bravoure,
    leur engagement et leur professionnalisme.
    C’est le lieu de saluer également, la pleine mobilisation des
    forces vives de la Nation, des populations et des comités de
    vigilance, qui participent de façon déterminante à la réussite de
    notre stratégie de défense populaire.
    Je me réjouis de constater que l’offre de paix que j’ai adressée
    a été suivie par un grand nombre de nos compatriotes, qui avaient
    rejoint autrefois les groupes armés.
    Dans la région de l’Extrême-Nord, plusieurs adeptes de BOKO
    HARAM
    ont déposé leurs armes et sont pris en charge dans les
    Centres de Désarmement, de Démobilisation et de Réintégration.
    Il en est de même, dans les régions du Nord-Ouest et du SudOuest, où plusieurs cas de reddition continuent d’être enregistrés.
    Cependant, l’on compte encore plusieurs de nos compatriotes
    dans les rangs des bandes armées. Ils continuent de se livrer à des
    activités criminelles, en multipliant les attaques aux engins
    explosifs improvisés et les meurtres de civils désarmés.

    Le récent assassinat de trois élèves et d’une enseignante du
    Lycée Bilingue d’Ekondo Titi vient s’ajouter à leur longue liste
    d’exactions et d’atrocités.
    Je voudrais à nouveau redire la détermination inébranlable du
    Gouvernement à restaurer la paix dans les régions en proie à des
    menaces sécuritaires.
    Qu’il soit bien entendu que les auteurs et commanditaires de
    tels actes seront recherchés sans relâche, où qu’ils se cachent, et
    sanctionnés avec toute la rigueur de la loi.
    Dans cette lutte acharnée contre la barbarie, je voudrais
    exhorter le peuple camerounais à intensifier la collaboration avec
    nos forces de défense et de sécurité, afin de neutraliser les
    fanatiques de la violence armée et de préserver l’intégrité de notre
    territoire.
    Dans cet exercice noble de défense civile et militaire, plusieurs
    de nos compatriotes ont perdu la vie sur le champ de bataille.
    Puissent-t-ils trouver dans notre détermination à poursuivre le
    combat, le réconfort que leur sacrifice pour la République n’aura
    pas été vain.
    Ils constituent des modèles pour notre jeunesse, que
    j’exhorte à ne pas céder aux manœuvres d’endoctrinement des
    groupes sécessionnistes.
    Dans ce combat contre le terrorisme, nous entendons rallier
    un large éventail d’Etats partenaires, en déconstruisant les contrevérités sur la situation des droits de l’homme dans notre pays,
    véhiculées au sein de l’opinion internationale par certains
    contempteurs du Cameroun.
    Mes chers compatriotes,
    En raison de notre attachement à la paix et à la tolérance,
    nous avons continué à faire preuve d’ouverture et de dialogue pour
    mettre fin à cette crise dont nos populations n’ont que trop
    souffert.

    C’est ainsi qu’après la tenue du Grand Dialogue National, nous
    avons poursuivi le processus d’accélération et d’approfondissement
    de la décentralisation.
    Depuis cette année, les régions, en tant que collectivités
    territoriales décentralisées, sont mises en place et commencent à
    trouver leurs marques.
    Un statut spécial a été octroyé aux régions du Nord-Ouest et
    du Sud-Ouest, en tenant compte de leurs spécificités culturelles et
    linguistiques.
    D’une manière générale, la régionalisation est en marche
    dans l’ensemble du pays et contribue à renforcer la participation
    de nos concitoyens à la gestion des affaires locales.
    Très clairement, ces avancées démocratiques démontrent que
    notre pays est engagé, de manière irréversible et résolue, dans le
    parachèvement méthodique de son projet démocratique, afin de
    répondre davantage aux souhaits légitimes du peuple
    camerounais.
    Je suis pleinement conscient que d’aucuns aimeraient nous
    voir aller plus vite dans ce domaine. Mais, nous devons éviter toute
    forme de précipitation, susceptible de porter préjudice à l’unité de
    notre pays et à notre idéal républicain. Tout ce qui reste à faire,
    nous le ferons assurément, avec prudence et patience.
    Nous devons promouvoir, en toutes circonstances, un
    dialogue constructif et régulier entre les différentes composantes
    sociologiques de la République, en vue de leur mobilisation pour
    l’émergence de notre pays.
    Mes chers compatriotes,
    Nous avons assisté ces derniers temps à la multiplication de
    comportements antipatriotiques, à la prolifération de discours
    haineux, à la publication de vidéogrammes violents, obscènes et
    déshonorants, qui ont choqué la conscience collective nationale.

    Dans les médias ou les réseaux sociaux, la persistance des
    « fake-news » a contribué à entretenir des contrevérités, éloignant
    ainsi nombre de nos concitoyens de la bonne information sur des
    sujets d’importance capitale.
    J’en appelle donc à votre responsabilité individuelle et exhorte
    chacun de vous à promouvoir la culture de la paix.
    Je demande au Gouvernement d’intensifier la sensibilisation
    de toutes les couches sociales à un usage citoyen des réseaux
    sociaux.
    Nous devons rester un peuple patriote, uni et soudé.
    Nous devons en tout temps chérir la paix et rechercher la
    concorde.
    Soyons déterminés à agir pour que ces valeurs favorisent le
    vivre-ensemble auquel aspire profondément notre peuple tout
    entier.
    Camerounaises, Camerounais,
    Mes chers compatriotes,
    A l’aube de la nouvelle année qui s’annonce, des défis
    spécifiques nous interpellent. Notre pays va accueillir la Coupe
    d’Afrique des Nations de football, du 09 janvier au 06 février 2022.
    En prélude à cette compétition, chacun de nous a pu être
    témoin de la transformation profonde qu’ont connues les villes où
    se disputeront les rencontres de la CAN 2021.
    La préparation de ce tournoi aura contribué à accélérer le
    développement infrastructurel de plusieurs de nos cités.
    Des voiries urbaines ont été construites ou réhabilitées.
    Les plateaux techniques des formations sanitaires existantes
    ont été relevés. De nouveaux hôpitaux, dotés d’équipements à la
    pointe de la technologie, ont été construits dans les chefs-lieux de
    nos régions.

    Des hôtels ultramodernes ont été édifiés, pour l’accueil des
    délégations officielles, des hôtes de marque et des touristes qui
    visiteront le Cameroun à cette occasion.
    Nous allons poursuivre la mise en œuvre de ce programme
    d’investissements, en réduisant les disparités infrastructurelles qui
    existent entre les régions de notre pays dans différents domaines.
    Il n’est pas acceptable que certaines régions aient le
    sentiment d’être laissées sur le bord du chemin, tandis que d’autres
    progressent.
    C’est la raison pour laquelle j’ai pris la décision de créer des
    universités d’Etat dans les trois régions de notre pays, qui n’en
    sont pas encore pourvues. Il s’agit de l’Est, du Nord et du Sud.
    D’autres infrastructures suivront, notamment dans les secteurs
    aéroportuaire, industriel et routier, afin de faire de chaque région
    un véritable pôle de développement.
    Pour y parvenir, nous devons renforcer la gouvernance dans
    la gestion de nos finances publiques, en luttant contre la corruption
    et le détournement des deniers publics.
    Par conséquent, tous ceux qui se rendent coupables de
    malversations financières ou d’enrichissement illicite, en
    assumeront les conséquences devant les juridictions compétentes.
    Mes chers compatriotes,
    Au moment où nous nous apprêtons à célébrer le football
    africain, j’invite les Camerounais et les Camerounaises à se
    mobiliser massivement pour faire de la CAN 2021, la plus belle fête
    du football jamais organisée sur notre continent.
    Nous avons voulu en faire un grand moment de fraternité. Il
    nous revient donc de réserver un accueil chaleureux aux 24
    délégations sportives, aux officiels et à tous ceux qui séjourneront
    dans notre pays, à l’occasion de cette compétition.

    Faisons découvrir à nos hôtes, la richesse de la diversité
    culturelle qui fait de notre pays, un « condensé d’Afrique ».
    Offrons-leur toute l’hospitalité qu’ils sont en droit d’attendre de
    nous, et qui fait partie intégrante de nos traditions.
    Grâce aux vertus de notre peuple, notamment son courage et
    son abnégation, nous avons non seulement surmonté les épreuves
    de cette année qui s’achève, mais surtout poursuivi notre marche
    en avant.
    En tant que Nation, nous avons le devoir et l’occasion de
    rappeler au monde que nous sommes un peuple uni et
    indomptable, capable de révéler cet esprit combatif qui nous a, par
    le passé, permis de remporter de grandes batailles.
    Je ne saurais terminer sans demander à nos chers Lions
    Indomptables, de donner le meilleur d’eux-mêmes, pour qu’au soir
    du 06 février 2022, cette fête se termine dans l’apothéose.
    Montrons-nous à la hauteur des enjeux, et rappelons au
    monde que nous sommes une grande Nation.
    Bonne et heureuse année 2022 à tous et à chacun.
    Vive la République !
    Vive le Cameroun !

Téléchargez l’intégralité du message du chef de l’Etat en pdf en cliquant ici!

         
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.