Culture – Cameroun : L’artiste Watto de Souza contre la drogue en milieu jeune
Culture – Cameroun : L’artiste Watto de Souza contre la drogue en milieu jeune

Culture – Cameroun : L’artiste Watto de Souza contre la drogue en milieu jeune

Spread the love

Le jeune artiste camerounais Watto de Souza veut combattre la drogue en milieu jeune à sa manière. Dans un élan de coeur et une initiative qui montre sa maturité, le chanteur au rythme mbolé s’engage. Il a lancé un appel à témoignage dans le cadre de la semaine de la jeunesse pour venir en aide aux jeunes qui souhaitent témoigner des problèmes qu’ils rencontrent par rapport à la consommation de la drogue.

« Mbolé conscient et la jeunesse face à la drogue » est une idée qui est venue sur un coup de tête, mais, qui tient la route depuis son lancement en cette veille de fête de la jeunesse. Les gens réagissent effectivement et certains remercient l’initiative car ils n’avaient pas à qui s’adresser. Il a accepter de se prêter au jeu de questions-réponses pour les lecteurs de www.webtrotter.net

WebTrotter (WT) : Bonjour Watto de Souza, pourquoi avoir choisi de tendre la main aux jeunes qui consomment la drogue ?

Watto De Souza (WDS): J’ai choisi de tendre la main aux jeunes qui consomment de la drogue pour deux raisons. La première c’est que comme vous le savez sans doute, le mbolé a souvent été associé à la consommation de la drogue, à l’échec et à tout ce qui est négatif chez les jeunes aujourd’hui. Moi, artiste du mbolé, j’ai voulu montrer que même nous, issus des quartiers populaires sommes capable de poser des actions positives pour le bien-être de la société et quoi de plus normal que de regarder ce qui se passe dans l’environnement où j’ai grandi.
Avec ma petite visibilité j’ai donc voulu aider mes frères qui le souhaitent à retrouver le chemin qu’ils avaient délaissé et qu’il regrettent peut-être aujourd’hui, en leur donnant la possibilité d’avoir un bon accompagnement médical et mental pour non seulement sortir du cercle vicieux de la drogue, mais de rester clean après.

WT : Quels sont les jeunes qui peuvent venir parler de leurs difficultés face à la drogue avec vous ? Quelle tranche d’âge et quel quartier ou ville?

WDS: A priori, tous les jeunes sont concernés, notamment ceux qui se sentent concernés par cette thématique de la consommation de la drogue, qui ont une expérience négative, des regrets, ou des conseils à partager avec leurs semblables. On n’a pas limité l’âge, la ville ou un quartier car ça concerne tout le monde, mais il faut dire que vu mon âge (j’ai 20ans) il se trouve que ceux qui réagissent le plus, sont dans cette tranche d’âge là à peu près, qui d’ailleurs aussi est le noyau dur de ma fan base.

Affiche officielle de l’initiative

WT: Concrètement, vous compter aider les jeunes qui vont se confier de quelle manière?

WDS : De façon simple, la première aide est le témoignage en lui-même. Si certains jeunes concernés et qui n’ont pas le courage de se manifester ou alors ne connaissent pas les retombées négatives de leurs pratiques peuvent se dire en lisant ces messages que “mince donc c’est comme ça que le way ci est!”. Et prendre conscience et d’agir en conséquence, c’est une première victoire. Mais, le but vraiment c’est que toutes les personnes qui vont témoigner ou pas d’ailleurs et désirent un accompagnement adéquat puissent trouver des personnes et des structures adéquates pour le faire.
C’est pourquoi j’ai lancé un appel aussi au personnel médical à se manifester pour venir en aide à ces jeunes qui la plupart sont très pauvres aussi.

WT: Vers qui voulez vous tendre la main pour rendre votre action plus virale ?

WDS: Pour rendre cette action virale, on veut tendre la main aux médias, influenceurs de premier plan, les hommes publics qui peuvent relayer le message.

WT: Y aura t-il un concert ou un show pour permettre aux âmes de bonne volonté de venir apporter leur soutien ?

WDS: Pour le moment, honnêtement l’action était spontanée, pas très réfléchie. Mon équipe et moi avons pensé à ce truc vraiment simple pour contribuer à notre manière à la célébration de la fête de la jeunesse, car il faut le dire c’est fait pour accompagner les activités de la semaine de la jeunesse et l’appel à témoignage prendra fin le 11 février.
Mais après si je suis sollicité par les ONG, les ministères qui s’occupent de la jeunesse et de la santé des camerounais, je serais ravi d’être à leur service.

WT: Un mot à l’endroit des lecteurs du site www.webtrotter.net ?

WDS : Je peux dire à vos lecteurs de rester abonnés à votre site, vous faites du bon travail pour informer. Merci


Il va sans dire que l’une des idées pour la jeunesse est pour qu’elle fasse écho auprès des professionnels de la santé et des responsables du ministère de la santé qui peuvent apporter du soutien aux jeunes gens qui le souhaiten
t. L’artiste qui vient de franchir la barre des 100 000 abonnés sur sa page, est l’une des valeurs montantes du mbolé 237.

         
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.